Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le beau monde livresque de Mégara

Le beau monde livresque de Mégara

"Un livre doit être la hache pour la mer gelée en nous." Kafka

Rentrée littéraire 2015: éclectique.

Rentrée littéraire 2015: éclectique.

Et oui. Dernier article avant d'aborder en grandes pompes les nouveautés, les" grands crus" de Septembre.

L'an dernier, j'ai eu trois coups de foudre pour des livres totalement différents les uns des autres. J'aime la variété des thèmes, des écritures, des présentations. Ma passion livresque est hétéroclite. Suivez-moi...

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan narre l'histoire d'amitié entre la narratrice-auteure et une femme nommée L., relation qui va se transformer en véritable enfer pour Delphine. Cette femme va accaparer la narratrice au sens propre et figuré avec une telle perversion, un tel machiavélisme que parfois, un sentiment de gêne, de malaise m'est arrivé. Comment est-ce possible, me suis-je demandé. Ce harcèlement peut être rapproché de celui que subit Bénédicte Ombredanne ( cf mon article précédent). Ici, il est encore plus cynique et pervers car même la narratrice ne s'aperçoit pas de la supercherie et de l'envahissement quasi funèbre de L. En parallèle de cette histoire, l'auteur établit un pacte de lecture moderne où elle remet en question et justifie sa manière d'écrire. C'est un roman savoureux qui nous laisse sans voix. L'écrivain finit son texte par un symbole qui m'a laissée interrogative. J'ai décidé d'y voir un pied-de-nez envers son ancienne amie, version la plus positive. J'attends vos commentaires, je serais heureuse d'en discuter avec vous.

La citation du livre:

" Voilà comment L s'est installée dans ma vie, avec mon consentement, par une sorte d'envoûtement progressif."

Place Colette de Nathalie Rheims narre les péripéties adolescentes sexuelles de la narratrice-auteure. Nous sommes plongés dans l'ambiance des années soixante-dix, partagés entre Paris et la Corse et nous pénétrons chez une famille aristocrate, où Dalida avait son couvert et ses habitudes familières. Dans ce décor idyllique, nous suivons la jeune fille qui se languit. Elle rêve d'une vie aventureuse, trépidante et tout n'est qu'oisiveté et routine dans sa famille. A 12 ans, l'événement qui va la bouleverser arrive enfin: elle tombe amoureuse d'un comédien quadragénaire, ami de ses parents. Elle-même adore les livres et les grands auteurs classiques ne lui font pas peur.Ce roman teinté d'érotisme est écrit avec toute la candeur d'une écrivaine qui se souvient des étapes qui ont fait d'elle une femme accomplie. Tendre, sensuel, sexuel.

La citation du livre:

" Puis, enfin, il avança vers moi, prit ma tête entre ses mains, inclina délicatement mon visage et ses lèvres se posèrent sur les miennes, doucement, prudemment."

Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle Monnin est un ovni de la littérature, mais bien réel celui-là! L'histoire est simple. L'auteure achète une enveloppe pleine de photos de familles sur Internet. En les regardant, elle va imaginer la vie de ces personnes, inconnues pour elle. Elle va inventer des prénoms, des noms, des arbres généalogiques, des métiers... Mais Isabelle ne s'arrête pas là. Elle veut retrouver cette famille. Pour cela, elle va s'aider des photographies et de ce qui s'y trouve: églises, commerces, infrastrustures diverses. "On récolte toujours ce que l'on sème" dit le vieil adage, vérifié ici. En effet, Isabelle Monnin va se lier avec les membres de cette famille. L'auteure va mêler au sein de son livre le fictif et le réel. Cela rend le tout rigolo,émouvant. Je suis restée sans voix devant certaines coïncidences. Le pouvoir de ce livre est profond de simplicité. Ce qui pourrait être une antithèse n'est en fait que la force du banal. D'un fait anodin on arrive à un livre. Avec un rien, on fait beaucoup. L'écrivaine nous montre que toute vie peut être importante, avoir son quart d'heure de gloire. Ce livre est aussi constitué d'un CD avec des chanteurs et certains membres de la famille qui se sont prêtés à leur propre jeu. Le tout constitue une beauté sans prétention. Et c'est ce qui fait le charme de cet ouvrage où l'imagination et la réalité ne sont plus des mots oxymoriques.

La citation du livre:

" Dans l'enveloppe, il y a des gens, à la banalité familière, bouleversante. (...) Il y a l'épaisseur d'un roman et les mystères d'une enquête."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article