Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le beau monde livresque de Mégara

Le beau monde livresque de Mégara

"Un livre doit être la hache pour la mer gelée en nous." Kafka

Dans la peau de la poésie moderne: intimité et humanité.

Après environ 1 mois d'absence pour cause de plongée livresque d'ouvrages historiques classiques - Le Sphinx Rouge d'Alexandre Dumas et Marie-Antoinette de Stefan Sweig - me revoilà! Je viens de finir la lecture de 3 petits recueils poétiques de Patricia Castex Menier, auteure dont je vous avais déjà parlé avec son roman L'éloignée.

Jardins publics parle de la nature dans toute son acception: de la faune avec ses insectes butinant les fleurs ou ses carpes présentes dans les fontaines, mais c'est surtout sa flore qui y est exacerbée. La beauté de cette nature vivante et vivifiante nous est offerte par rapport aux quatre saisons. Pour chacune d'elle, les paysages sont décrits tels que nous pouvons les voir mais prennent aussi une dimension cosmique. Patricia sait faire des recoupements avec un imaginaire psychologique que nous sommes maîtres de ressentir en se concentrant et en se laissant porter par ces images. Joli partage.

La citation du livre:

" On a, dit le square/ les gladiateurs qu'on peut./ Dès/ mardi soir,/ aux Batignolles,/ le/ bac à sable/ fait/ des cauchemars."

 

Passage avec les voix rend hommage à la Grèce en tant que pays antique et berceau de la tragédie. La forme et le vocabulaire sont calqués sur la tragédie et l'importance du choeur. Mais là encore, Patricia part du général pour arriver au particulier, à une approche intime. Moult échos à la mythologie et mythes littéraires grecs( Minotaure, Antigone, Erinyes...) servent à illustrer le domaine privé de l'écrivaine. Ancien et moderne, immensité et microcosme se rejoignent.

La citation du livre:

" Entre lui et moi, un Styx de voitures."

 

Rimbaud Design est un minuscule livre dont les pages doivent se découper par le haut! Il n'en existe plus beaucoup des éditions comme celle-ci! Il comprend les dessins d'une plasticienne faits à partir du célèbre portarit d'Arthur Rimbaud. Le livre raconte l'évolution du fils au travers le regard d'une mère: ses passions, ses questionnements face à sa sexualité, ses angoisses, son rapport à la mère. Et bien sûr, des figures littéraires ne cessent de faire des apparitions. Un texte toujours pudique, plein de finesse, plein d'amour et de compréhension: le poète Rimbaud n'a sûrement pas été choisi au hasard comme symbole implicite du fils...

La citation du livre:

" il se passe toujours quelque chose dans le ventre de la mère."

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

l. chauviere 04/11/2016 08:06

OUF!!! quel bonheur que de lire quelqu'un qui aime la langue française...meme si ses textos sont
dans la couleur du temps !!!!!!!
pour l'interview les questions sont très intimistes et cela permet de mieux connaitre l'auteure !!!!
quand te verra t on dans la salle Drouant ????

Mégara Ponvière 04/11/2016 18:04

textos = pas importants infos vite faites // blog et autres manifestations littéraires: vital DONC je m'applique et rend hommage à notre belle langue!!! Super pour l'interview... Et pour Drouant... bah je te tiens au courant papa!LOL