Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le beau monde livresque de Mégara

Le beau monde livresque de Mégara

"Un livre doit être la hache pour la mer gelée en nous." Kafka

Rentrée littéraire de janvier 2

" Arrête avec tes mensonges" de Philippe Besson est ma deuxième lecture de cette rentrée de janvier. Il y a eu beaucoup de publicité dessus, l'auteur est très visible dans les émissions littéraires depuis quelques semaines et... cela vaut vraiment le coup de lire cet écrit.

C'est réellement la première fois que Philippe Besson écrit sur sa vie. On pourrait qualifier cela d'autobiographie malgré la mention "roman" écrite sur la première de couverture. Il retrace ses années lycéennes où il a vécu une passion amoureuse, interdite, avec un jeune homme de son âge. Il évoque aussi un contexte social, toute une génération française qui a notamment découverte de SIDA. Mais pas que. Il parle de ses bonheurs de lycéen, l'arrivée prompte de la majorité, ses années étudiantes, son parcours qui allait l'emmener vers les voies de l'écriture. Avec toujours en filigrane ce Thomas, cet amant de quelques mois seulement, devenu obscession; presque jamais oublié.

Ce qui est intéressant dans cet oeuvre, à l'instar de L'Amant de Marguerite Duras - auteure qu'il idôlatre - c'est qu'il nous parle de ses débuts d'écrivain, de sa trajectoire conduisant irrémédiablement vers cette voie professionnelle. C'est une sorte de mise en abîme littéraire: la littérature exacerbée dans le roman. L'écrivain fait comprendre au lecteur qu'il y a concordance entre sa vie privée et les thèmes évoqués dans cette fiction: l'abandon, la mer, la géographie...

Et la fin est tragique. Philippe lit une lettre en 2016 écrite par son amoureux en 1984. Trente ans se sont écoulés. Trente ans qui auraient pu être différents si l'homosexualité n'avait pas été une honte, un tabou. Trente ans qui ne se seraient pas achevés par un drame humain. La puissance de Besson: n'être jamais dans les regrets ou le jugement d'autrui. C'était l'époque. Je pense que ce livre pourrait faire changer les opinions et mentalités de certaines personnes sur l'amour entre personnes du même sexe. Du moins peut-être... Mais là encore, sans juger les pensées de chacun.

 

La citation du livre:

" Je découvre la morsure du manque. Le manque de sa peau, de son sexe, de ce que j'ai possédé et qui ma été retiré, qui doit m'être redonné, sous peine der démence."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chauviere lucien 17/01/2017 08:37

pour moi, ce qui m'a fait repenser l'homosexualité, c'est la chanson d'Aznavour "comme ils disent" et mon séjour en Belgique( ou le tabou était déjà tombé) ,dans les années 70...mais ce qui m'énerve ,actuellement ,c'est ce "matraquage", en littérature, en filmographie, en séries TV...bon ,voilà ,ça existe , et alors !!!!! il est presque anormal , maintenant ,de ne pas avoir essayer cette expérience ............

Mégara Ponvière 17/01/2017 10:55

C'est ton avis et il se respecte. Je pense juste que l'auteur a eu envie d'écrire son histoire après avoir "revu" son amant de jeunesse. Il n' y a vraiment pas de mal à ne pas être un mouton de Panurge!