Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le beau monde livresque de Mégara

Le beau monde livresque de Mégara

"La vie enfin découverte et éclaircie, c'est la littérature." Marcel Proust

Rentrée littéraire 1

   

Je débute cette rentrée par un ouvrage américain. Treize jours de Roxane Gay. Abominable, fort, puissant.

    Mireille, américaine de Miami, rend visite à ses parents vivant à Haïti. Sa famille est riche. Son père est un ponte de l'industrie. Par un bel après-midi, elle prend la route pour aller à la plage avec son mari et son fils de quelques mois. A peine sortie de la maison, elle se fait enlever sous les yeux de son mari, complètement impuissant. Le livre narre les 13 jours de l'enfermement de Mireille dans la "cage" avec ses geôliers. Son père ne voulant pas payer la rançon exigée, les haïtiens vont se venger sur Mireille, sur son corps mais aussi sur son psychisme. Elle va vivre un calvaire, ineffable.

    Roxane Gay fait parler directement Mireille, avec le "je". Le lecteur est le témoin direct de ce qu'il lit. Il est le confident qui entend Mireille se livrer, qui voit ce qu'elle raconte. Aucun détail n'est laissé tu. Le lecteur étouffe, se sent mal face aux ignominies infligées par les sept hommes qui vont visiter Mireille.

    Ce qui est fort dans cet ouvrage, c'est la dimension temporelle. On voit la vie d'avant, le pendant et le après l'enlèvement. C'est cela qui ajoute de l'angoisse. Mireille a une force de caractère indicible. Elle va s'extraire d'elle-même pour tout affronter. Les stigmates de cette épreuve ne s'arrêteront pas à sa libération. Le comment vivre après est incroyablement mis en valeur. Roxanne Gay n'épargne rien. Le happy end n'est pas assuré malgré une Mireille qui se se bat pour elle, pour sa famille si aimante.

    Une oeuvre dure, spirituelle, profondément humaine.

 

La citation du livre:

" Ma mémoire était un don, jusqu'au moment où elle est devenue une malédiction, jusqu'à ce que, malgré tous mes efforts, je ne puisse oublier les choses que j'avais désespérément besoin d'oublier pour espérer survivre."

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article